Hommage à Honoré de Balzac et à son oeuvre majeure, la Comédie Humaine joue la carte de l’élégance et invente un nouveau vestiaire haut de gamme masculin. Portée par un savoir-faire français et européen, cette jeune marque a choisi le coq pour emblème.

Rendu célèbre par ses écrits, notamment pour son oeuvre majeure intitulée La Comédie Humaine, Honoré de Balzac était aussi un adepte du vêtement élégant français. Observateur particulier de son époque et des gens, l’écrivain publiera « Traité de la vie élégante », dans lequel il décrit notamment les codes de l’habillement et leur influence sur la société. Aujourd’hui, une jeune marque baptisée La Comédie Humaine a décidé de rendre hommage à ce grand personnage de l’Histoire. 

comhum02

Fondée en 2011 par Jean-Denis du Sorbier, Julien Dufour et Vincent-Louis Voinchet, cette maison revendique une philosophie axée autour du savoir-faire d’artisans français et européens. Ces trois jeunes hommes issus de la mode, de la communication et de la presse ont ainsi fait le choix de la qualité de fabrication afin de perpétuer le savoir-vivre de l’époque balzacienne « où tout était détail et minutie, où chaque homme de la Société avait son tailleur attitré, où le paraitre était indubitablement lié à l’être, où le raffinement et la recherche de perfection étaient un mode de vie ». Pour mettre en pratique cette volonté, la marque, qui a choisi le coq pour emblème, s’inspire de cette excellence pour revisiter avec élégance le vestiaire masculin aujourd’hui. « De l’air du temps à l’art d’être soi, La Comédie Humaine réconcilie les codes de l’élégance masculine ». 

Des vêtements aux accessoires en passant la maroquinerie, La Comédie Humaine a développé toute une gamme de produits autour de cette esthétique du raffinement, du confort et du détail pratique. Ancrés dans leur temps et conçus à partir de matières nobles, les articles sont accompagnés d’un petit livret retraçant leur origine, car le savoir-vivre passe aussi par la connaissance de ce que l’on porte. Parmi les pièces signatures qui ont participé au succès de la jeune maison, les chemises à faux-col et les maillots à manches courtes demeurent incontournables. Quand les premières, sorties des ateliers d’un expert français reconnu, proposent des cols interchangeables disponibles en différentes formes (du sous-col officier au col claudine) et matières (popelines, suede, velours), les secondes confectionnées en Dordogne arborent des visuels inspirés des illustrations de J.J Grandville, caricaturiste de Balzac. Quant au sac M. de Breugnol, il fait référence au nom d’emprunt qu’utilisait l’écrivain pour échapper à ses créanciers. Lorsqu’il fut visité par ces derniers, l’histoire raconte qu’il emmena tous ses manuscrits dans un grand sac en cuir épais, ici réinterprété de façon contemporaine. 

comhum03

Poursuivant l’écriture de son histoire, la Comédie Humaine a ouvert un nouveau chapitre à l’été 2013 en complétant son offre. Désormais, pantalons, vestes, maille, polos et grosses pièces viennent garnir les collections de la maison à chaque saison. Qualité et style revisité confirment leur présence dans un vestiaire masculin qui emprunte des éléments historiques tout en jouant sur l’aspect ludique pour que l’homme joue un rôle en société sans pour autant se prendre au sérieux. Honoré de Balzac, à n’en pas douter, aurait visité la boutique du 24, rue Yves Toudic pour étoffer sa garde-robe.

…………………………………………………………………………………………………………………….

www.lacomediehumaine.com / © photos : La Comédie Humaine