La rentrée design parisienne au Bon Marché fut l’occasion pour certains de découvrir ou redécouvrir l’univers du décorateur et designer industriel français Jacques Hitier. Retour sur la carrière de ce spécialiste du mobilier en tube métallique.

Chaque année, au mois de septembre, le design prend ses quartiers à Paris. Outre le salon Maison & Objet et les nombreuses collections de mobilier contemporain exposées ici et là dans la capitale, le Bon Marché Rive Gauche a décidé de jouer la carte du vintage. En effet, durant plus d’un mois, l’espace de la rue de Sèvre proposait une petite rétrospective consacrée au design industriel français Jacques Hitier (1917-1999). Dix pièces phares de sa carrière en tube d’acier furent exposées du 2 septembre au 5 octobre. Une manière de rendre hommage à cette figure du design d’après-guerre, encore méconnu du grand public aujourd’hui.

Fils d’un sculpteur sur bois et ancien élève, enseignant et directeur de l’Ecole Boulle, Jacques Hitier fut l’un des grands artisans de l’ameublement collectif puis privé durant les années 50 et 60 avec ses désormais très célèbres pièces fabriquées à partir de tubes d’acier. Un matériau qu’il est le premier à utiliser comme armature et support pour le meuble. Ecoles, bibliothèques, hôpitaux, hôtels, restaurants… le mobilier signé Hitier investit les espaces pour devenir, au fil du temps, incontournable. Produit à l’échelle industrielle, il se veut à la fois moderne et simple, fonctionnel et accessible. Longtemps « réservées » aux collectivités, ses créations feront petit à petit leur entrée chez les particuliers pour devenir de véritables objets de décoration.

C’est à partir de la fin des années 30, chez Mobilor, que Jacques Hitier découvre les multiples possibilités offertes par le tube métallique. Spécialiste du meuble scolaire, l’entreprise donnera vie à ses premiers dessins. Engagé dans la reconstruction d’après-guerre, il fonde son bureau d’études en 1946, participe à de nombreuses expositions et se met au service des industriels français dont Mullca ou M.B.O (Bureau Tripode – 1952). Son travail se dirige alors davantage vers la décoration et l’architecture d’intérieur. A la fin des années 40, après avoir occupé le poste de Directeur du service décoration de la BNCI, il intègre les usines Tubauto en tant que décorateur-conseil. En l’espace de quinze 15 ans, il dessine de nombreux meubles (chaise Libellule – 1951 ; fauteuil Chistera – 1952) – et aménage des espaces (foyers d’étudiants, hôtels…). Il sera même chargé de penser le salon des officiers sur le Paquebot France. Animé par le désir d’offrir également le confort et l’élégance aux utilisateurs, il associe le tube métallique avec le verre, le bois ou le rotin.


Outre son talent de designer et d’architecte d’intérieur et son rôle prépondérant dans l’évolution de l’enseignement à l’Ecole Boulle, Jacques Hitier était un fervent défenseur de sa profession qu’il a contribué à faire reconnaître auprès des architectes, notamment lors de ses deux mandats de président du syndicat des Créateurs d’Architectures d’Intérieur et de Modèles (CAIM) de 1962 à 1968 puis du Syndicat National des Architectes d’Intérieur (SNAI). Sa longue carrière fut couronnée par l’obtention de plusieurs récompenses dont le Prix du Centre Technique du Bois (1954) et deux Médailles d’Or décernées en 1958 lors de l’Exposition Universelle de Bruxelles et par la Société d’Encouragement à l’Art et à l’Industrie.
Chaise Mullca 300 : Certains d’entre vous ont peut-être déjà posé leurs fesses sur la chaise Mullca 300. Dessinée par Jacques Hitier lors de son passage chez Mobilor, elle sera finalement légèrement revisitée puis éditée par Mullca en 1949 pour être présentée au Salon des artistes décorateurs de Paris la même année. Composée de bois pour l’assise et d’acier pour l’armature, cette petite chaise d’enfant a meublé durant plusieurs décennies les salles de classes des écoles maternelles. Considérée aujourd’hui comme une référence du mobilier vintage, sa paternité fut longtemps attribuée, à tort, à Marcel Gascoin, un autre créateur de meubles.

…………………………………………………………………………………………………………
© Photos : D.R