Dessinée par le français Paul Bracq et commercialisée de 1963 à 1971, la Mercedes W113 plus connue sous le nom de Pagode, est entrée au panthéon des coupés cabriolets de l’histoire automobile.

Les relations franco-allemandes ne concernent pas uniquement la politique européenne mais également l’automobile. En effet, en remontant plusieurs dizaines d’années en arrière dans l’histoire automobile on retrouve trace d’une longue collaboration entre le designer Paul Bracq et Mercedes-Benz. Le français, qui a passé l’essentiel de sa carrière en Allemagne, a dessiné une poignée de modèles pour le constructeur stuttgartois dont le célèbre coupé cabriolet Mercedes SL Pagode commercialisé de 1963 à 1971. Un chef-d’œuvre d’avant-garde aux lignes fines, luxueux et sportif présenté pour la première fois au salon de Genève en mars 1963. Destiné à l’époque à une clientèle fortunée, ce roadster deux portes reste aujourd’hui très recherchée par les collectionneurs. Avec sa ligne de caisse abaissée, sa large surface vitrée et son toit en forme de pagode imaginé par l’ingénieur Béla Barényi, cette Mercedes-Benz marquait une rupture avec les véhicules précédents. Longue de 4.28m, large de 1.76m et haute de 1.29m, la Pagode embarque sous le capot un moteur essence de six cylindres en ligne à 12 soupapes développant 150 chevaux avec aux choix deux boîtes de vitesse : une manuelle à 4 rapports et une automatique. Sa puissance et son faible poids de 1295kgs la propulsait à 200km/h.


Durant les huit années de commercialisation, trois versions se sont succédé. Alors qu’aucun changement sur la carrosserie et la motorisation n’est intervenu, les modifications ont principalement porté sur le confort, la sécurité et divers détails pratiques. La première à voir le jour est la 230SL, fabriquée à 19.831 exemplaires de  mars 1963 à janvier 1967. Un quart de sa production sera exporté vers les Etats-Unis. Dès novembre 1966, la 250SL fait son apparition sur les routes. La firme allemande renforce la sécurité : les freins à tambour à l’arrière sont remplacés par des freins à disque et les ceintures sont montées en série. 5196 exemplaires sortiront des usines jusqu’en janvier 1968 alors que deux mois auparavant la 280SL est dévoilée. Elle arbore de nouveaux enjoliveurs et une moquette boulée nylon. Les chaînes de l’usine allemande monteront 23885 modèles. Au total 48912 Mercedes SL Pagode seront lancées sur le marché (34215 exportés dont 19440 aux USA) jusqu’à l’arrêt de la production en mars 1971. Mais une si belle mécanique ne meurt jamais.


…………………………………………………………………………………………………………

© Photos : D.R