Pour goûter, conclure en beauté un repas ou simplement se faire plaisir, la gourmandise sucrée est incontournable. Surtout lorsqu’on franchit la porte de La Pâtisserie des Rêves de Philippe Conticini.

La Haute Pâtisserie fut pendant trop longtemps réservée aux clients des tables étoilées. Mais depuis quelques années, la crème des spécialistes du sucré a pris le pari de la rendre plus accessible au public en ayant pignon sur rue. C’est la direction qu’a choisi de prendre Philippe Conticini en ouvrant il y a trois ans La (première) Pâtisserie des Rêves, après s’être mis au service des plus créatives toques hexagonales ou avoir brillé à La Table d’Anvers au côté de son frère Christian.

Aujourd’hui, les recettes du chef français suscitent toujours autant l’appétit que par le passé. Ses deux adresses parisiennes sont devenues de véritables références en matière de Haute Pâtisserie. D’abord au 93, rue du Bac dans le 7ème arrondissement puis au 111, rue de Longchamp au cœur du très huppé 16ème. Sa réputation a depuis longtemps traversé les frontières françaises ; il réalise un rêve en s’installant sur l’archipel nippon à Kyoto et Osaka.


A la manière des restaurants, Philippe Conticini et son associé Thierry Teissier ont marié plaisir visuel et plaisir gustatif en imaginant deux lieux contemporains propices à la rêverie et à la gourmandise. « Nous voulons créer des moments magiques de gourmandise et de partage ». Un concept, deux adresses.

Présentées pour la plupart sous cloches de verre, les créations du chef débutent leur histoire dans son laboratoire situé en région parisienne. De cette place forte, il se laisse envahir par ses souvenirs d’enfance pour mieux retransmettre ses émotions et ses sensations ancrées dans sa mémoire. Puis à la manière d’un artiste, il revisite les classiques : le Paris-Brest et son praliné pur coulant, les éclairs café et chocolat, le Mille- Feuille du dimanche ultra fondant ou la Tarte au citron de saison meringuée. Et innove au gré des saisons : gaufres liégeoises aux fruits de saison, gâteaux parfum Calisson ou Dragée. Les yeux brillants, petits et grands s’imprègnent de cette symphonie, de couleurs, d’odeurs et de saveurs. Une véritable mise en scène qui se poursuit aussi face au bar à choux et au salon de thé rue de Longchamp. La tentation est partout. Mais comme disait ce cher Oscar Wilde : « Le seul moyen de se délivrer d’une tentation, c’est d’y céder ». Vous ne devriez pas avoir trop de mal à succomber.

…………………………………………………………………………………………………………

 

www.lapatisseriedesreves.com – © Photos : D.R