Un italien, encore un ! Mais il faut bien avouer que les créateurs transalpins ont toujours eu la cote ! Cette fois-ci, zoom sur Gio Ponti. Homme aux multiples casquettes, ce natif de Milan fut un des grands artisans du design d’après-guerre.

Un génial trait de crayon, une frénésie créative et une vision unique auront porté la carrière pluridisciplinaire de Gio Ponti jusqu’à sa disparition en septembre 1979. Personnage clé de la renaissance du design et de l’architecture aprèsguerre, Gio Ponti s’était pourtant déjà fait un nom dès le milieu des années 20 pour son travail sur la céramique chez Richard-Ginori – entreprise modèle du design industriel – couronné par un grand prix lors de l’Exposition Internationale des Arts décoratifs de Paris. Et par ses premières réalisations au sein de l’agence de Mino Fiocchi et Emilio Lancia. Grand artisan du développement de la Biennale de Monza (devenue Triennale de Milan) durant plusieurs décennies, le milanais fut dès ses débuts porté sur l’innovation. Particulièrement dans le domaine industriel à partir des années 50 avec toujours un temps d’avance sur ses contemporains. Prônant un style de vie à l’italienne, sensuel et coloré, Ponti savait associer avec élégance et efficacité la forme et la fonction.

Mobilier, luminaires, aménagements intérieurs, grands chantiers architecturaux, produits de consommation (machine à café Pavoni)… Gio Ponti multipliait les projets qu’il présentait régulièrement, au même titre que le travail de jeunes talents, dans les pages de sa brillante revue Domus lancée en 1928. Moderniste avant l’heure, il est à l’origine de bon nombre de bâtiments et pièces de renommée internationale : Maison « domuses » (fin des années 20), Département des Mathématiques à l’Université de Rome (1934), Villa Planchart à Caracas (1955), Tour Pirelli à Milan (1956) ; fauteuil Distex pour Molteni (1953), chaises Leggera et Superleggera chez Cassina (1955-1957), design intérieur de l’Hôtel Parco dei Principe à Rome (1964) ou encore sa salle de bain Série B (1953)… En parallèle, Gio Ponti formera plusieurs générations de designers à l’Ecole Polytechnique dont il fut diplômé en 1921.

 

…………………………………………………………………………………………………………

 

© Photos : D.R