Installé à New-York, le chef étoilé français Eric Ripert est à la tête du Bernardin depuis 1994. D’Antibes aux Etats-Unis en passant par Andorre cet as des fourneaux multiplie les activités mais n’en oublie pas pour autant le cœur de son métier : concocter des recettes 3*.

Diversifier les activités et s’assurer une présence dans les médias est devenu quasiment indissociable d’une carrière de chef. Peut-être davantage aux Etats-Unis où exerce depuis près de 20 ans le triple étoilé Eric Ripert. Bistrots, émissions télévisées, cours de cuisine, cookbooks… ce natif d’Antibes à la tête du restaurant Le Bernardin, situé en plein cœur de Manhattan, a choisi au début des années 90 de s’expatrier Outre-Atlantique pour suivre sa voie. La France de la gastronomie aurait sûrement préféré le voir derrière les fourneaux d’un établissement du pays, mais ce talentueux chef en a décidé autrement en 1989 lorsqu’il rejoint le restaurant Jean-Louis du Watergate Hotel à Washington. Une opportunité qu’il n’hésitera pas à saisir. Ce n’est que deux ans plus tard qu’il trouvera sa place à New-York. D’abord chez David Bouley en tant que sous chef avant d’atterrir au Bernardin dont il prendra finalement les commandes en 1994.


Eric Ripert a pourtant fait ses classes dans l’Hexagone : école culinaire à Perpignan dès l’âge de quinze ans puis direction à dix-sept ans la Tour d’Argent à Paris et enfin au Jamin comme chef poissonnier sous l’aile de Joël Robuchon. Deux influences culinaires pour ce talent précoce formé par l’élite, destiné à un brillant avenir. Aujourd’hui, Eric Ripert est considéré comme l’un des plus grands chefs du monde et son restaurant se place en 2012 à la dix-neuvième position du classement annuel établi par The World’s 50 Best Restaurants. Une référence en somme. Sans parler du New-York Times qui n’hésite pas à faire régulièrement des éloges au
plus américain des frenchies.

« Je place la nourriture au centre de l’humanité, dans le sens qu’elle ne nourrit pas seulement nos corps mais aussi nos vies émotionnelles et spirituelles. C’est un phénomène culturel qui en dit long sur nos traditions et sur notre relation avec la terre. Je crois sincèrement qu’elle nous connecte tous ».


Dès son arrivée au 155 West 51st Street, Eric Ripert s’attèle à travailler le poisson et les produits issus des eaux de la Côte Est de manière créative et totalement décomplexée. Sa popularité n’a d’égal que sa maîtrise indiscutable du goût et des associations subtiles. Crabe, Saumon, Homard… les richesses de l’Océan sont ici sublimées à la sauce Ripert. Les menus déjeuner et dîner se déclinent selon trois catégories : « presque cru », « à peine touché » ou « légèrement cuisiné » alors que Menu Tasting approche la perfection. Alors qu’au 10Arts à Philadelphie et au Westend Bistro, le chef a misé sur le concept de bistrot. Quant au Blue, le restaurant du Ritz Carlton de Grand Cayman, il propose une cuisine caribéenne raffinée. Présent à la télévision américaine dans son show hebdomadaire, Eric Ripert se raconte également à travers des livres dont le dernier s’intitule Avec Eric. A noter que l’étoilé français fut le premier chef à venir cuisiner au Bhoutan, au sein de l’hôtel de luxe Amankora à l’occasion de son ouverture les 14 et 15 septembre dernier. Les aventures de ce globe-trotter gastronomique se poursuivent…

…………………………………………………………………………………………………………

© Photos : Portrait : D.R / Plats : Lyn Hughes – William Hereford – Shimon & Tammar
www.aveceric.com