Depuis le Street Wear dans les années 90, Homecore et son créateur Alexandre Guarneri ont parcouru un bon bout de chemin. Aujourd’hui, ce petit label parisien investit le vestiaire chic sans prétention mais avec beaucoup d’humour.

Fini le temps où les fringues Homecore étaient portées par les rappeurs français. Les années 90 sont bien loin. Pourtant à l’époque, Homecore s’établit comme incontournable dans le monde du hip-hop. On se souvient de la campagne de 1998 avec JoeyStarr et Julia Channel. Mais vingt ans après sa création, Alexandre Guarneri a imposé sa marque sur un tout autre marché, celui du vêtement chic et décontracté. Pièces confortables, lignes épurées, couleurs remarquées et sens incontestable du détail… Homecore a bel et bien retrouvé une seconde jeunesse et trouvé une autre identité.

…………………………………………………………………………………………………………

De la liberté, du mouvement…. mais pas de tendance ni d’appartenance, que du style en somme. Voilà comment Alexandre Guarneri définit Homecore. Aujourd’hui, il mise sur un style facile à porter au quotidien quelle que soit la situation avec des vêtements faciles à laver et durables. La pièce phare est sans aucun doute le chino, décliné dans des tons vifs avec son cordon en guise de ceinture. On n’hésite plus à porter du jaune, du rose ou de l’orange. En 2012, la ligne Années Dix affiche même des coloris terre, mer, safran ou rouille et des matières naturelles –lin, laine, coton – on ose la différence et on se la joue cool ! Et il suffit de regarder le dernier lookbook pour voir le smile communicatif d’Alexandre Guarneri. Un sourire qui ne l’a pas quitté depuis l’ouverture à 18 ans de sa première boutique de sneakers et t-shirts à l’effigie du graffiti. A 43 ans, il n’a pas non plus perdu son sens de l’humour et sa force créative. On se donne rendez-vous dans vingt ans…

…………………………………………………………………………………………………………

www.homecore.com