Connaissez-vous la Riviera Anglaise ? « The English Riviera » c’est avant tout le Devon, cette partie du sud-ouest de la côte anglaise connue à la fois pour la douceur de son climat et l’ennui de ses journées, et dont Joseph Mount, leader de « Metronomy », est originaire.

Humour anglais oblige, c’est donc ainsi que sera baptisé le nouvel album de Metronomy, à la fois retour aux sources et pied de nez à cette région si tempérée et où il ne se passe pas grand-chose. Le Devon n’a, et pour cause, pas d’identité musicale propre ? Qu’importe, le groupe va lui en inventer une ! Une toute nouvelle, pourrait-on même dire car Metronomy a su évoluer depuis son précédent album Nights Out. Evolution au sein même de la formation tout d’abord : Gabriel Stebbing (basse et claviers) l’un des trois membres fondateurs, a quitté le groupe peu de temps avant l’entrée en studio, remplacé par Anna Prior à la batterie et Gbenga Adelekan à la basse. Exit donc le trio et place à un quatuor, dont l’efficacité et l’énergie scénique semblent avoir déjà fait mouche lors de leurs premières prestations live. Evolution musicale également. Nights Out, sous l’impulsion d’Erol Alkan (grand gourou incontesté Outre-Manche du crossover electrorock) ramenait à un univers hybride et résolument clubbing (les hymnes électriques « Heartbreaker » et « A Thing for Me »). The English Riviera paraît plus doux, comme apaisé,  plus pop. Plus groovy aussi. Joseph Mount, très inspiré lors des deux précédents opus par la pop new wave robotique des Talking Heads ou de Soft Cell, voire par les expérimentations électroniques d’Autechre ou d’Aphex Twin, semble s’être assagi. Il avoue d’ailleurs avoir été beaucoup plus influencé pour cet album par le blues psychédélique de Fleetwood Mac ou les vieux Stevie Wonder.

Exit aussi la production »home made » des deux albums précédents, cette fois les titres ont été enregistrés et remixés dans un studio professionnel, d’où un apaisement et une fluidité du son qui tranche avec celui, plus âpre (mais non dénué de charme) de Nights Out. La patte Metronomy est toujours là, mais Joseph Mount a su insuffler un nouvel esprit à ses compositions, comme cela apparait déjà sur le premier single « She Wants ». Plus que d’un nouveau virage il s’agit presque là d’un un nouveau départ, et le leader du groupe l’admet lui-même : « J’ai toujours l’impression que nous sommes au début de notre carrière ! ».

Metronomy : The English Riviera (Because music) – En concert aux Arènes de Nîmes le 6 Juillet (avec The Do, Crystal Castles et The Chemical Brothers).

© photo : Phil Sharp

www.metronomy.co.uk