Un an à peine après l’ouverture de sa Bastide, le maître des fourneaux Bruno Oger vient d’être récompensé de fort belle manière par le guide Michelin, parfois tant décrié, avec l’obtention de deux étoiles.

Malgré toutes les critiques négatives qui entourent depuis quelques temps chaque sortie du célèbre guide rouge Michelin, il reste et restera une référence dans le monde gastronomique. Attendu impatiemment par la plupart des chefs, il réserve de toute évidence son lot de déceptions pour certains et de très bonnes nouvelles pour d’autres. Dont un en particulier cette année, Bruno Oger. Installé depuis mai 2010 à quelques kilomètres de la croisette, au Cannet-Côte d’Azur, le chef a décliné sa cuisine en trois univers : Le Bistrot des Anges, l’Ange Bar et la Villa Archange, couronnée de deux macarons « bibendum », sous le nom de la Bastide Bruno Oger. L’ancienne bâtisse, rénovée par le Studio A3, assisté de l’Architecte des Bâtiments de France, et qui conserve tout son charme historique « risque » de voir son carnet de réservations bien rempli dans les semaines et mois à venir.

Bruno Oger vient donc d’inscrire pour la seconde fois son nom à la courte liste des restaurants deux étoiles français. Certes plus longue que celle des trois macarons, mais l’accession à la récompense suprême n’est plus très loin. Prochain challenge pour le natif du Morbihan ? Vraisemblablement…

Conserver ce qui vient d’être acquis se révèle déjà être une tâche difficile. Le chef n’a pas peur des défis, ni de l’adversité. Un parcours peut s’avérer parfois laborieux mais il faut savoir provoquer la chance. Ce que Bruno Oger a su brillamment faire à 21 ans, CAP et BEP en poche, lorsqu’il est repéré par deux virtuoses de la casserole : Paul Bocuse et Georges Blanc. Ce dernier qu’il considère comme son père spirituel lui donnera logiquement sa chance : direction Vonnas en Bresse puis Bangkok au Normandy. A 23 ans, Bruno Oger a déjà sous ses ordres une équipe de 15 cuisiniers. A 29, il inaugure La Villa des Lys, restaurant du Majestic Barrière à Cannes et à 31 il reçoit une première étoile. Tout s’enchaînera vite pour le breton devenu incontournable sur la Côte d’Azur : Chevalier des Arts et des Lettres en 2003 puis second macaron en 2005. Appelé à préparer les dîners officiels du Festival de Cannes à plusieurs reprises, il devient en octobre dernier membre de l’association des « Grandes Tables du Monde – Traditions et Qualité ».

C’est désormais à la Bastide Bruno Oger que le chef distille son savoirfaire. Première pierre posée en mai 2009, ouverture un an plus tard et deux étoiles d’un coup cette année. Extrêmement rare mais tellement mérité pour le chef qui a investi tout ce qu’il avait dans ce projet privé ambitieux. La recherche de la perfection a payé. La récompense a cette fois-ci une toute autre saveur comparée à celle du Majestic Barrière.

La Villa Archange, restaurant gastronomique de 25 couverts, fait la part belle aux plus délicates créations culinaires du chef, alliant produits du terroir et créativité, à travers trois menus au choix, « Découverte, Archange et Signature », de 70 à 150 euros. Du côté du Bistrot des Anges, Bruno Oger a opté pour un esprit brasserie moderne façon Loft américain avec « une cuisine de chef avec des plats traditionnels maison à prix doux ». Le concept a d’ailleurs été sélectionné dans le guide Bib Gourmand du Michelin, récompensant le rapport qualité prix.

Et puis le l’Ange bar, un espace composé de deux salons, pour déguster un cocktail en admirant les peintures d’Hélène Oger, son épouse. Deux étoiles pour la Villa Archange, sélection Bib Gourmand pour le Bistrot des Anges… Une affaire qui roule en somme ! Le troisième macaron en ligne de mire pour 2012.


www.bruno-oger.com