Bonjour Théo, peux-tu te présenter en quelques lignes ? Je suis fondateur et directeur de création de La Surprise, agence de communication de 15 personnes. Je suis aussi graphiste – illustrateur à côté de ça. J’ai 27 ans et j’aime les gens.

J’ai lu que tu étais grec et que tu t’étais installé en France à 15 ans… Est-ce que tu aurais pu devenir ce que tu es aujourd’hui en Grèce ? Comment se porte cette culture urbaine, graphique là-bas ? Non je ne pense pas que j’aurais pu devenir ce que je suis sinon je serais resté dans mon pays. C’est très compliqué de vivre de ça en Grèce malheureusement. Il y a beaucoup de gens talentueux que je connais mais ils n’on pas l’opportunité de faire des choses…donc ils deviennent tous dépressifs ou ils partent ailleurs, un peu comme moi. Et puis avec la dernière crise on n’est pas prêts d’évoluer dans ce domaine… on est très en retard, c’est dommage, avec tous ce qu’on a fait avant…en arriver là me dégoûte.

Tu peux nous parler un peu de ton parcours une fois installé ici… J’ai eu la chance d’être pris en stage dans une agence d’édition… puis après tout s’est déroulé très rapidement. J’ai enchainé dans des agences web et de pub… J’ai énormément travaillé vu que je n’ai pas fait d’école, j’ai appris sur le tas et surtout chez moi tout seul … je travaillais jour et nuit… ce que je fais encore.

Pourquoi y a-t-il marqué « Artist raté » sur la fenêtre de ton site web ? Parce que je ne consacre pas autant de temps qu’il faudrait à mon travail personnel. Mon agence me prend énormément de temps donc j’estime être un artiste raté…

Peux-tu nous expliquer un peu ta série intitulée « Elles » ? Est-ce une sorte « d’hommage » aux femmes, à leur beauté, à leur corps… ? « Elles » c’est une série spéciale sur laquelle je travaille depuis un an maintenant. J’ai toujours utilisé des parties féminines dans mes illustrations et « Elles » en est la suite logique. Je peins toutes les filles que je rencontre, avec qui je vie quelque chose de spécial ou quelque chose d’intéressant. J’aime beaucoup la femme, je trouve la femme très belle et elle m’inspire beaucoup. Je pense réaliser une expo bientôt et un bouquin sur « Elles ».

Tu collabores régulièrement avec les grosses marques… Arrives-tu à leur « vendre » des créations plus kitsch ? Cet univers kitsch justement est plutôt rare chez les artistes de ta génération, qu’est-ce qui t’as poussé dans cette direction ? Je collabore de moins en moins avec des grosses marques mais de plus en plus sur des projets purement artistiques. J’ai beaucoup collaboré avec des marques sur des sujets commerciaux, vendeurs ce qui m’a un peu fatigué à un moment, mais ça n’a jamais été compliqué pour moi de leur vendre mon univers un peu kitsch parce qu’on m’appelait pour ça. Le plus dur maintenant c’est de collaborer avec des marques qui seraient prêtes à me laisser libre avec mon nouvel univers, ce qui n’arrive presque jamais. En même temps je refuse tout depuis que je travaille ce nouveau style, je n’ai pas envie de l’associer à une marque ou une autre… enfin sauf si on me laisse libre. L’univers kitsch me plait beaucoup, et je fais des choses de plus en plus kitsch. J’aime casser ce coté froid, ce coté soit disant maitrisé qu’ont tous les graphistes… ça ne me représente pas. Moi j’aime les choses naturelles et un peu osées.

On se rappelle tous de la campagne publicitaire de Numéricable…Comment s’est déroulé ce gros projet ? J’ai été contacté par une grosse agence de publicité pour réaliser cette campagne. J’ai mis tous ce que j’avais dedans, beaucoup d’heures de travail. Ce fut une très bonne collaboration avec l’équipe qui a géré le projet dans cette agence. Les mecs m’ont laissé faire ce que je voulais et au final tous le monde était content, eux comme moi. Mais on va dire que c’était le projet qui m’a permis de changer de style, j’estimais à l’époque qu’il n’y avait plus rien à sortir après ca. Et ce n’est pas plus mal.

Raconte-nous un peu la naissance de ton agence La Surprise ? Tu avais atteint certaines limites en freelance ? L’agence te permet désormais de répondre aux clients de manière plus globale… Tout a commencé quand je me suis mis en freelance. D’un côté je travaillais beaucoup en tant qu’illustrateurgraphiste sur des projets plutôt cools et de l’autre je collaborais avec de très grosses agences sur des projets énormes et très carrés. J’ai toujours essayé de pousser ces projets artistiquement parlant, mais déjà il fallait passer la barrière de l’agence avec laquelle je collaborais. J’avais de plus en plus de travail, du coup j’ai commencé à en donner à des potes, ça a duré 4/5 mois et je me suis dis un jour que ce serait beaucoup plus cool d’avoir mon studio où je bosserais avec mes potes et que je pourrais gérer mes clients tout seul et leur vendre ce que moi j’estime être le mieux pour eux. Du coup on s’est installés dans des locaux et par hasard on a participé à un appel d’offres qu’on a gagné. Apres il fallait embaucher des gens et mes potes sont partis car ils ne supportaient pas la pression d’agence… moi j’ai continué seul et aujourd’hui j’en suis là. Depuis mon associé m’a rejoint, c’est un mec qui a beaucoup d’expérience dans la gestion d’entreprise et il est très carré.

Les clients sont-ils souvent surpris avec toi ? Les clients sont souvent surpris oui. C’est le concept de l’agence, proposer des choses différentes qui donnent un effet de surprise. Même si pour le moment la moitié de mes clients ne sont pas prêts, ça avance petit à petit, ça évolue. Ce qui est bien avec La Surprise c’est qu’elle réfléchit comme une agence d’idées, qu’elle réalise comme un studio et qu’elle gère comme une grosse agence..

La typographie, c’est un univers que tu explores depuis peu de temps ou pas ? J’ai toujours aimé la typographie, j’explore ce domaine depuis très longtemps mais ce n’est pas ce qui m’attire le plus, pour le moment je reste sage là-dessus.

Y a-t-il un projet dont tu rêves ? Je rêve de faire une expo sur une île où il fait très beau, perdue au milieu de la mer, remplie de belles femmes que j’aurais peintes sur mes tableaux. Et pour venir voir l’expo il faudrait prendre un bateau. La puissance !


www.theogennitsakis.com / la-surprise.com