Lancée par Jean Dinh Van dans les années 60, la marque de bijoux a révolutionné l’univers de la joaillerie dite classique. Amoureux du métal et visionnaire, son créateur a rendu le bijou accessible à tous.

Jean Dinh Van, de par son anticonformisme et sa créativité, a offert aux femmes émancipées ce qu’elles attendaient probablement depuis longtemps. Son intarissable désir d’apporter de la nouveauté au monde de la joaillerie l’a décidé à lancer sa propre marque de bijoux, solidement ancrée depuis plusieurs dizaines d’années dans la vie moderne. Au départ, ce créateur voulait devenir marin mais finalement, influencé par un père artisan laqueur, il entre chez la célèbre Maison Cartier où il fait ses gammes de joailler.

Très vite il se prend d’amour pour le métal et pendant 10 ans il façonne des fleurs et des panthères pour les mondaines et les aristocrates.

Fasciné par la nouveauté de son époque, il souhaite donner un nouveau souffle au bijou.

Il veut proposer des formes originales et faciles à porter, des bijoux pour tous les jours destinés aux femmes bien sûr mais également aux hommes et aux enfants. Pour ce faire, Jean Dinh Van ouvre son atelier au milieu des années 60. Rapidement, sa spontanéité et sa liberté donneront naissance à des créations qui s’affranchissent de la démarche créative traditionnelle à l’image de sa bague carrée 2 perles, signée par Pierre Cardin. Les débuts de Jean sont marqués par un succès retentissant. Cette première bague sera vendue dans le monde entier et fait aujourd’hui partie de la collection permanente du musée des Arts Décoratifs. Seconde étape à la fin des sixties : après avoir sorti le bijou des contraintes de la préciosité, Jean Dinh Van le fait sortir de la très réputée Place Vendôme, et l’implante au Drugstore Publicis, temple du luxe ouvert à tous. La révolution est en marche !

En 1976, sur sa lancée, Jean Dinh Van inaugure sa première boutique, rue de la Paix. Artistes et projets en tous genres prennent place dans ce qui va devenir un véritable espace d’exposition : oeuvres de son ami César ou les montres Swatch que Jean sera le premier à distribuer en France, au début des années 80. Une décennie qui va marquer un tournant dans l’histoire de Dinh Van : la création du Pi Chinois, en or pur 24 carats, martelé à la main. Une pièce unique devenue une icône, revisitée cette année par Lapo Elkann. Cette réussite créative et commerciale entrainera derrière elle d’autres succès, notamment dans les années 90 avec le bracelet sur cordon, un phénomène de mode.

Le 21ème siècle est synonyme de consécration pour Jean Dinh Van qui voit ses bijoux exposés au musée des Arts Décoratifs en 2003 avant le lancement de la collection White & Black réalisée en collaboration avec Milan Vukmirovic. Pour cette année 2010, la collection Impression Dinh Van se pare de couleurs : l’onyx, la nacre, la cornaline, la turquoise et le corail habillent ce motif incontournable de la marque.

» www.dinhvan.com